Les deux espèces humaines. Autopsie du racisme ordinaire.

Essai publié aux Éditions La Pleine Lune (Montréal), en 1994, 298 pages, et aux éditions L’Harmattan (Paris), en 1995, Collection Espaces interculturels, 267 pages.

Présentation (Page 4 de couverture):

Tous les humains appartiennent à la même espèce zoologi­que, Homo sapiens, parce qu’ils peuvent tous se reproduire ensemble. Cependant, la vision du monde élaborée en Occi­dent distingue plutôt deux espèces humaines, sans autre trait commun qu’une vague appartenance au « genre humain »: Nous, les  Blancs, et les Autres, les peuples de couleur (Tiers-Monde et « Primitifs »). Ces deux espèces sont décrites par des disciplines et des théories opposées: l’Histoire, c’est Nous, les Autres sont de la Géographie. La philoso­phie et la sociologie Nous présentent comme des individus rationnels, créatifs, libres et conscients, tandis que l’ethnologie met en scène des collectivités d’êtres irrationnels, animées par un principe immuable – la race ou la culture. Même la biologie prétend que la sélection naturelle aurait produit de l’« évolution » chez Nous et de l’« adaptation » chez les Autres

Cet édifice fournit le support cognitif d’un racisme incon­scient et sert à justifier les rapports de domination à l’échelle du système-monde. Il est construit sur une série de contradic­tions qui sont ici traquées jusque dans les documents les plus officiels et dans les écrits de nombreux auteurs, parmi les plus réputés. Une telle analyse, forcément iconoclaste, vient remet­tre en question un grand nombre d’idées tenues pour des évi­dences ou des vérités scientifiques, mais elle trace en même temps la voie d’une nouvelle anthropologie.

En adoptant la lentille d’un nouveau paradigme, ce sont de pans entiers de notre réalité qui s’écroulent. Non seulement n’y a-t-il pas de « races » humaines, mais les Hommes n’évoluent pas biologiquement, les traits « raciaux » ne sont pas des adaptations au milieu, l’Europe n’est pas un continent, l’Afrique n’est pas surpeuplée, la nature n’est pas plus hostile dans le Sud que dans le Nord, la révolution néolithique n’est pas un progrès, les Grecs n’ont inventé ni la science ni la démocratie, les Aztèques n’ont pas pris les Espagnols pour des dieux, les Européens n’ont réalisé tout seuls la révolution industrielle, et la science n’est pas une forme de pensée plus « évoluée » ou plus efficace que la magie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s